La PrEP, traitement préventif contre le VIH : 1 500 volontaires, 0 contamination

Un site utilisant Réseau HU Paris 10

HÔPITAL SAINT-LOUIS

La PrEP, traitement préventif contre le VIH : 1 500 volontaires, 0 contamination

Un an après son démarrage, l’étude ANRS Prevenir livre ses premiers résultats. Cette étude est coordonnée par le Pr Jean Michel Molina chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Saint-Louis, AP-HP et promue par l’ANRS en partenariat avec l’association AIDES. Ces résultats permettent de confirmer, auprès des 1 435 volontaires déjà recrutés en Ile-de-France, l’efficacité et la bonne tolérance de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) 1 prise de manière continue ou à la demande.

Les résultats rapportés portent sur les 1 435 premiers volontaires séronégatifs présentant un haut risque d’infection par le VIH. Il s’agit pour le moment essentiellement d’hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. « Nous souhaitons dans le futur recruter également des volontaires issus d’autres populations comme les personnes transgenres et les hommes et femmes hétérosexuels à haut risque d’infection par le VIH » indique le Pr Jean Michel Molina.

A ce jour, il n’a été observé aucun cas d’infection par le VIH, ni chez les personnes prenant la PrEP de manière continue ni chez celles ayant choisi le schéma de prise à la demande. Selon le Pr Molina, « ces résultats permettent de confirmer la très bonne efficacité de la PrEP puisque l’on s’adresse à des personnes fortement exposées au risque d’infection par le VIH ».

L’étude ANRS Prevenir (Prévention du VIH en Ile de France) a pour objectif principal d’évaluer une stratégie globale de prévention de l’infection par le VIH, chez des personnes séronégatives à haut risque d’infection par le VIH en Ile de France. Cette stratégie comprend un renforcement du dépistage, une offre d’accompagnement, un traitement précoce des infections VIH et un traitement pré-exposition (PrEP). Lancée en mai 2017, cette étude soutenue par le sidaction, la région ile-de France et la mairie de Paris, est placée sous la responsabilité conjointe du Pr Jean- Michel Molina (hôpital Saint-Louis, AP-HP) investigateur coordinateur, et du Dr Jade Ghosn (hôpital Hotel-Dieu, AP-HP) et de Mme Daniela Rojas-Castro (Association AIDES), co-investigateurs. ANRS Prevenir prévoit l’inclusion d’ici 2019 de 3 000 volontaires et leur suivi jusqu’en 2020.

Le Pr Jean-Michel Molina nous explique sur Brut. :