Prix Galien France 2016

Un site utilisant Réseau HU Paris 10

HÔPITAL SAINT-LOUIS

Prix Galien France 2016

La première thérapie cellulaire dans l’insuffisance cardiaque

diplome-galienLe prix Galien récompense chaque année des équipes de renommée internationale dont les travaux ont donné lieu à des innovations thérapeutiques mises à la disposition du public.
Pour l’année 2016, ce prix dans la catégorie « Travaux de recherche » a été attribué aux équipes du Pr Philippe Menasché, chef du service de chirurgie cardiaque à Hôpital Européen Georges Pompidou (APHP) et à celles du Pr Jérôme Larghero et du Dr Valérie Vanneaux, du Département de Biothérapies Cellulaires et Tissulaires de Hôpital Saint-Louis (APHP).

Il récompense plus de 15 années de recherche translationnelle qui ont permis d’aboutir à une nouvelle technique de traitement de l’insuffisance cardiaque par transplantation cellulaire qui est actuellement développée par l’équipe du Pr Philippe Menasché, et celle du Pr Jérôme Larghero,. Il s’agit d’un patch de fibrine cellularisé avec des cellules souches embryonnaires différenciées in vitro au stade de cellules progénitrices cardiaques, implanté lors d’une intervention chirurgicale pour pontage aorto-coronaire.

Ce patch est actuellement évalué dans l’étude clinique ESCORT, une première mondiale, avec déjà cinq patients opérés et un 6e en phase de recrutement.
Les effets des cellules greffées dans le myocarde seraient essentiellement dus à la sécrétion de facteurs capables d’activer des voies de réparation présentes dans le cœur et concourants à la préservation du tissu greffé. Ces facteurs sont sans doute largement inclus dans des vésicules sécrétées par les cellules. L’hypothèse testée est que le seul transfert de ces vésicules dans le tissu myocardique et la diffusion prolongée de leur contenu grâce à une inclusion dans un polymère permettant une libération prolongée, pourrait reproduire les effets protecteurs des cellules. La seule administration de ces facteurs pourrait donc constituer la prochaine étape de la thérapie cellulaire.
L’objectif de la thérapie cellulaire développée par les deux spécialistes français de la recherche translationnelle est de montrer que le fait de remplacer des cellules cardiaques détruites de manière irréversible par de nouvelles cellules viables (ou, à terme, d’administrer seulement les facteurs qu’elles sécrètent) pourrait restaurer une fonctionnalité dans des zones devenues lésées.
L’insuffisance cardiaque est une pathologie très fréquente (au moins 120 000 nouveaux cas/an) grevée d’une lourde mortalité et constitue à ce titre un problème de santé publique (1 à 2% du budget de la Santé).